J’ai souvenir d’avoir cueillie

De mes mains moites et vaporeuses

Le crépuscule hésitant d’un Eldorado

Songeur, déployé au-dedans d’un azur liquide

Piqué de Soleils rieurs et d’Enfants prometteurs.

Et tandis que l’Horloge gauche

A la démarche incertaine

Chantait âpre et éperdue

Son amer passion d’un cœur bleu qu’il adorait

Moi, pâle et nue sous tes yeux creux,

Je contemplais ton cœur arraché et saignant

Suspendu aux nues brouillées d’un ciel empourpré.

Aya ✌🏾

Advertisements